Les tics des sceptiques.

 

       Nous avons donc vu que McDonald’s s’adaptait à notre société et à nos demandes qui touchent de plus en plus l’équilibre alimentaire et la santé. Ces nouvelles attentes du public et préoccupations sont récentes. En effet une influence médiatique et culturelle a été réalisée notamment avec les nouveaux slogans publicitaires comme «mangez 5 fruits et légumes par jour","Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière” ou “Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé”. Une sensibilisation est de même réalisée auprès des enfants avec les messages sanitaires :"pour être en forme dépense-toi bien dans la journée", “Pour être en forme, évite de grignoter dans la journée”. La forme de deuxième personne du singulier est employée pour cibler directement les jeunes et pour les sensibiliser dès l’enfance à une bonne hygiène de vie. Une évolution des mentalités s'affirme ou alors se fait beaucoup plus ressentir qu’avant. Nous pouvons également constater ce fait social avec les critiques virulentes envers McDonald’s et de leur mode de fonctionnement. Ces critiques ne sont plus seulement adressées au sujet de la « malbouffe », sujet qui fait débat depuis les débuts de la création des fast-foods. Mais aujourd’hui, elles s’adressent plus précisément au véritable phénomène d’américanisation et d’une culture qui emergé de ce fast food. McDonald’s a donc entraîné autour de lui, non seulement un nouveau mode de restauration et de « révolution sandwichs » mais aussi un phénomène culturel basé sur les fondements du mode de vie Américain (Le phénomène McDonald’s étant né aux E-U). Auparavant nous avons analysé que McDonald’s tenait à enterrer et à atténuer son image, qui l’associe à des critiques péjoratives en assimilant ce fast-food à une entrave à la vie saine. Egalement, pour estomper leur mauvaise image, nous avons vu que McDonald’s faisait son possible pour se rapprocher des attentes Françaises et donc de la culture Française. Cependant, il est donc essentiel de rappeler que ces efforts sont nuancés, il y a des limites à l’adaptation de ce fast-food. Pour comprendre les bornes du système « mcdo’ », il est essentiel d’une part d’analyser le fait que la culture Américaine et la culture Française ne peuvent pas se confondre, du moins pas totalement. D’autre part, il s’agira d’étudier les limites irréfutables et inévitables de son mode de fonctionnement.

 

  

 

 

 

               ________________A) Le choc des cultures : l' "amer"icanisation._______________

  

    

    Nous ne pouvons pas parler d'une acculturation de la culture Française pour tous les Français...L'américanisation de la France est nuancée, elle connait beaucoup de limites. L'américanisation est un phénomène d'acculturation idéologique. C'est pour cela, que cette partie s'intitule l' "amer"icanisation, car l'américanisation est un fait qui est contesté et rejetté par une partie des Français. Elle peut être qualifiée de "amer". La France a toujours été reconnue comme un haut lieu de  la gastronomie, en effet la nourriture Française est associée notamment aux produits du terroir, reconnus dans le monde entier. Seule, la France détient ce patrimoine gastronomique qui est contenu, par exemple, par le vin, le fromage, la baguette typiquement Française. Les recettes Françaises qui utilisent ces produits sont également ancrées dans la culture Française, elles redeviennent beaucoup à la mode. Cet ancrage de la culture Française a sûrement été influencé par la peur des modes de vie " à l'américaine" qui ont démontré des risques pour une vie réellement saine(cancers, obésité etc). Une des exigeances Française est tout d'abord de connaître le produit qu'il a dans son assiette sans qu'il ait subi de nombreuses transformations et sans qu'il contienne de nombreux produits chimiques. Or, Nous pouvons voir que dans un hamburger de Mcdonald's il y a :

  • des émulsifiants : E472e (esters monoacétyltartriques et diacéthyltartriques des mono- et diglycérides d'acides gras), E471 (mono- et diglycérides d'acides gras), E481 (stéaroyl-2-lactylate de sodium)
  • et autres  : E300 (acide ascorbique), E516 (sulfate de calcium gypse), E262 (acétate de sodium), E210 (acide benzoïque), E327 (lactate de calcium)...

 

Ces substances sont des additifs alimentaires. Les additifs alimentaires sont des substances qui sont habituellement non consommées comme aliments en soi et donc non considérés comme un ingrédient caractéristique de l'alimentation. Ils sont utilisés dans un but technologique. Ces sont substances sont ajoutées aux denrées alimentaires, dans le but de conserver ces dernières, d'éviter leur oxydation, d'améliorer leur goût, leur coloration ou encore leur texture. Les critiques sur les risques des additifs en général sont qu'ils sont porteur d'effets secondaires divers,  Les méfiances sont de plus en plus nombreuses envers ces substances. Nous pouvons les classer en 3 parties différentes :

Les additifs inoffensifs pour la santé.

Les additifs avec une polémique : certains rapports de santé dans le monde considèrent que l’additif comporte un danger et d’autres non.

Les additifs dangereux pour la santé.

Après des recherches sur les additifs contenus dans les hamburgers de Mcdonald's nous pouvons constater que ces additifs entrent dans les 3 catégories. En effet :

- Les émulsifiants E472e, E471, E481 et l'acide ascorbique sont sans dangers et donc innoffensifs pour la santé.

- Le sulfate de calcium, l'acétate de sodium et le lactate de calcium sont des additifs avec une polémique, de nombreux avis sont différents et font débats. Il s'agit donc de s'en méfier.

- Cependant, une recherche a révélé que l'acide benzoïque, c'est à dire le E210, est classé dans la catégorie des additifs dangereux pour la santé. Le E210 est un conservateur chimique. Les risques pour la santé sont considérables, effectivement il y a des risques de problèmes de croissance, d'insomnies, des troubles du comportement etc.

        Une première méfiance est donc présente pour les Français au niveau du contenu des hamburgers. Il y a dissonance avec la culture Américaine, car le mode de vie américain est peu soucieux de ces critères imposés par les Français. Dans la continuité des méfiances envers la santé, un film étudie bien le sujet. Il s'agit de Super Size Me. Super Size Me est un film documentaire américain réalisé par Morgan Spurlock. Le journaliste se nourrit exclusivement chez McDonald’s pendant un mois, dégrade sa santé et prend plusieurs kilos pour dénoncer les effets néfastes du fast-food, à commencer par l'obésité. Le titre se traduit littéralement par « Grossissez-moi. » Il s'agit en fait d'un jeu de mot avec le nom commercial Super Size, qui désigne la version géante des menus de la chaîne McDonald's. Le documentaire a été diffusé dans plus de 30 pays et a rapporté 28,5 millions de dollars de recettes. Ce film documentaire est américain cependant de nombreux français peuvent le visionner, nous n'avons pas dû beaucoup chercher pour entendre parler de ce film et pour pouvoir visionner des extraits et des résumés. Ce film dénonce clairement les dangers de Mcdonald's et montre en effet l'état de santé médiocre du journaliste, ce qui est effrayant. Même si la nourriture est plus grasse et en plus grosse quantité aux Etats-Unis, un rapprochement se fait dans l'esprit des Français, le risque est réel, si Macdonalds a eu des conséquences sur une personne en mangeant quotidiennement leur nourriture  aux E-U, c'est également ce qu'il peut se produire en France.

Morgan Spurlock s'impose également les 4 règles suivantes :

  • il doit manger ses 3 repas quotidiens chez McDonald's.
  • il doit essayer chaque plat de chez McDonald's au moins une fois.
  • il ne doit manger que les aliments figurant sur le menu. L'eau (en bouteille) étant au menu, il a le droit d'en boire.
  • il doit prendre l'option « Super Size » (taille maximum) chaque fois qu'on la lui propose.

Affiche du film :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Nous pouvons voir sur l'affiche de droite la prise de poids en 30 jours de Morgan Spurlock  --->

Nous pouvons également constater les effets de sa consommation sur sa santé au bout de ces 30 jours :

- Il a des maux de têtes massifs.

- une insuffisance cardiaque, deux fois plus de risques d'avoir des maladies cardiaques.

- des sauts d'humeurs .

-  il prend 11 kilos en 30 jours.

Il endommage son foie et augmente son cholestérol de 0,65 gramme par litre de sang. Les médecins lui recommandent fortement d'arrêter mais, déterminé à continuer son expérience, il parvient à son terme malgré les avertissements. Retrouver sa santé optimale lui a pris plus d'un an. Mais le journaliste, qui en plus de devenir gros, d’avoir des problèmes de cholestérol, et une fatigue constante va en plus, developper une dépendance à la nourriture du fast food.

Le mot "dépendance" étant interpellant, nous allons étudier le cas de la "junk-food" (venant de l'anglais junky, qui signifie drogué). En effet certaines personnes emploient ce terme pour qualifier la nourriture de Mcdonald's. Cet emploi est justifié, car une expérience troublante a été menée par deux chercheurs du Scripps Research Institute en Floride. Cette expérience démontre que des rats sont devenus dépendants à cette nourriture grasse et bien calorique. Mais pas seulement, la nourriture a provoqué chez les rats les mêmes réactions chimiques dans le cerveau que des drogues comme la cocaïne ou l'héroïne. Cette absorption de junk-food, au-delà de l'obésité qu'elle a provoqué, a détérioré le circuit de récompense, qui s'est mis à répondre de moins en moins, comme chez les rats soumis aux drogues dures.

Nous avons donc vu dans un premier temps que la culture Française ne pouvait pas complétement s'accorder à la culture Américaine et à ses hamburgers, premièrement à cause des risques et des dangers de ce mode vie qui endommagent la santé.

      Cependant, ces risques et dangers sont prouvés pour une alimentation quotidienne de la nourriture de Mcdonald's. Certes les rythmes de vie ne sont plus les mêmes qu'avant, les gens sont pressés, doivent se dépêcher. Le travail les oblige à devenir plus productifs et donc à perdre le moins de temps possible notamment pour manger. Mais peu de Français se nourissent tout les jours chez Mcdonald's, la plupart trouve d'autres moyens pour manger plus sainement. En plus de pouvoir manger plus sain, ils peuvent également manger moins cher. Effectivemet, au départ Mcdonald's réalisait sa campagne pour nous montrer que en plus d'être révolutionnaire, il pouvait se qualifier de "bon marché". Or, aujourd'hui, cela revient moins cher de manger dans une sandwicherie traditionelle Française qu'au Mcdonald's.

Les tarifs pour une sandwicherie traditionelle française sont :

                                      au  jambon: 3.20 €                    au  paté: 3.20 €

                                      au  surimi: 3.20 €                      au crabe: 3.20 €

                              au  thon: 3.20 €                au fromage: 3.20 €    ->  nous voyons donc que les contenus des                                          

                              filet américain pur boeuf: 3.50 €         poulet: 3.20 €           sandwichs sont basés sur une viande, un poisson ou 

                             Sandwich chaud: saucisse, merguez: 3.00 €                                       un fromage. Ce qui sera le plus cher dans le sandwich.

Des offres sont en plus proposées ce qui peut être l'équivalent d'un menu Mcdonald's (sans les frites) : un sandwich fraicheur au choix ,1 boisson 50cl au choix pour 4.50 €.

 Mais des Sandwichs plus complet peuvent être proposés: Sandwich toasté:  

     savoyard: sauce au choix, saucisse, emmental rapé: 3.50 €                                                                                                                   

     motagnard: sauce au choix, tomate, jambon cru, reblochon €

    alsacien: chou blanc mariné, jambon, saucisse; emmental rapé: 5.00 €

Tandis que les tarifs Mcdonald's sont :

  Pour les sandwichs seuls : 

 Le Big Mac : 3,40 €     Le Royal Bacon : 3,60 €       Le Big Tasty  : 4,50   Le M bacon : 4,70 €.

 Pour les formules,( sandwich,frites, boisson):

 Le Menu Big Mac : 5,80 €      Le Menu Royal Bacon : 6,10 €      Le menu Big Tasty : 6,80 €      Le M bacon : 7 €

Ces tarifs sont les tarifs pour la plus petite quantitée proposée par Mcdonald's. Un menu " Maxi best of " augmente la quantité de la boisson et des frites, il est donc plus cher. Nous pouvons donc voir qu'il peut y avoir un écart de 0,20 centimes jusqu'à 1,70 € ou plus entre les sandwicheries traditionelles et Mcdonald's.

 

      Par la suite, Nous pouvons constater la réserve émise par les Français envers la multinationale notamment avec un fait divers particulier. En effet, il s'agit de l'instauration d'un Mcdonald's dans le centre commercial du Caroussel du Louvre. Ce Caroussel est situé dans le prolongement de l'espace d'accueil du musée. Cette haute galerie est en pierre de Bourgogne et en béton blanc, elle est qualfiée de  "lieu unique d’une rencontre réussie entre culture, tourisme, histoire et shopping" et  a été ouverte en 1993. Lors de la construction de cette galerie, une décision a été prise : pour ne pas nuire à l’image du musée, ne devait accueillir à l’origine que des boutiques de luxe ou à vocation culturelle. Des manifestations ont donc eu lieu pour contester cette décision. L'un des slogans des clameurs était " la culture ce n'est pas de la friture !". Suite à cette manifestation, une affiche a été réalisée pour montrer le désaccord des manifestants avec cette décision et pour dénoncer l'absurdité d'une telle décision.

Cette affiche est une parodie du tableau de Léonard de Vinci;" La Joconde".

 "La Joconde" a été détournée : un paquet de frites est dans ses bras et des panneaux McDonald's sont rajoutés dans le décor au second et au dernier plan.

Cette affiche est osée et a un but provocateur. Elle a été distribuée à de nombreux manifestants, qui ont fait connaître cette version de "La Joconde" et ont donc réussis à faire parler d'eux. Ensuite, toute manifestation s'accompagne d'un slogan. Et le slogan est révélateur d'une libérté d'expression, il est d'autant plus révèlateur d'une opinion et d'un désaccord ressenti. Or lors de cette manifestation, le slogan qu'ils clamaient  était:" la culture ce n'est pas de la friture". Ce slogan montre que les manifestants qui sont attachés à la culture Française et à ses joyaux, ses codes, ne veulent pas associé un Monument Français à un fast-food américain. Pour eux,il s'agit de préserver ce bâtiment de l'installation de Mcdonald's. De plus ils qualifient péjorativement Mcdonald's comme de " la friture", ils n'associent pas de réelle valeur, surtout culturel à celui-ci. Il est juste considéré comme un vulguaire fast-food.«C'est l'apogée du consumérisme accablant, de la gastronomie débile et d'un ensemble d'odeurs désagréables, posés dans le contexte d'un musée», s'exclame un historien de l'art qui travaille au Louvre.

 

    Pour finir, en France, les cibles sont : les jeunes de 15 à 34 ans, les divorcés et les parents célibataires qui n'ont pas le temps ou l'envie de préparer les repas, les familles à deux revenus où ni le mari ni la femme n'est disponible pour faire la cuisine à la maison, et les enfants entre 2 et 8 ans. Pour plaire à cette clientèle Mcdonald's s'adapte et ne se focalise pas seulement sur la nourriture qu'il vend. Par exemple, des anniversaires sont organisés pour les enfants, et tout un programme est préparé pour cet anniversaire. Des visites des cuisines sont prévus, des jeux de courses dans le fast-food même, des autocollants sont donnés aux enfants avec leur prénoms, un gateau d'anniversaire, et des petits cadeaux pour tout le monde.

 

Cependant, on adotpant cette méthode nous pouvons accentuer sur le fait que Mcdonald's n'est pas réellement perçu avec une valeur pure de restauration. Il est assimilé à un lieu de détente, d'amusement, de loisirs. Est-ce réllement une intégration réussie ? Pour les personnes qui ont adopté Mcdonald's, s'y rendent-ils juste pour la nourriture ou pour le lieu ? Les enfants s'y plaisent, certes, mais si les parents s'y rendent c'est pour faire plaisir à leurs enfants. Ce phénomène est encore plus marqué pour la génération de leurs grand-parents, la plupart ne s'y rendraient pas, mais pour faire plaisir à leur petits enfants, ils les emmènent. Des espaces de jeux sont également prévus à leur insus. Mcdonald's est donc plus perçu comme un lieu où une sortie en famille s'organise. L'adaptation Française n'est pas complète, il y a rétissense à la culture Mcdonald's, les gens n'approuvent pas forcément la nourriture mais viennent pour d'autres raisons. Mcdonald's  a pour étiquette le fait d'être presque un lieu de convivialité et le fait que seule sa notoriété joue sur la population Française. Mais il n'est pas convoité par tout le monde pour sa nourriture, des gens y mangent quotidiennement et pour le plaisir de manger ces hamburgers là, mais la plupart n'assimile pas Mcdonald's a eu lieu vers lequel ils se dirigeront juste pour leur menu et pour manger Mcdonald's.

                             _______________B) Happy Green ou Bad Green ?___________

      Nous avons pu le voir, Mcdonald's est parti à la conquête de l'environnemental, à la poursuite du "vert" sain. Il y a pourtant noirceur au tableau, Mcdonald's ne s'est pas débarassé de toutes ces critiques ni de ces méfiances, il n'est pas pour autant devenu un hippie des temps modernes. Des compromis ont été faits, mais cela n'a pas suffi pour rendre plus crédible aux yeux des Français l'aspect sain de Mcdonald's. Certains Français prennent les nouveaux actes de Mcdonald's avec ironie et dérision. Car en effet, il y a des limites à ses démarches environnementales : 

- Il y a de mauvaises conditions d'élevage pour les poulets servant aux hamburgers : salles noires, nourriture bourrée d'antibiotiques, jambes difformes pour la moitié des poulets du fait de l'obésité, chambre à gaz pour tuer les poulets malades, électrocution au bout de 6 à 7 semaines pour les autres.

-  De plus, McDonald's utilise des pesticides pour détruire de vastes régions de forêt tropicale en Amérique Centrale pour y installer des terres de pâture pour le bétail qui sera envoyé aux États-Unis comme hamburger et aliment pour animaux, ainsi que pour fournir le matériel d'emballage fast-food.

- Les usines de production nécessitent des aller-retours importants de camions, avec toute la pollution que cela implique.

- Mcdonald's n'accepte que certaines variétés de produits (quatre sortes de pommes de terre sur plusieurs dizaines de millier) et de semences. Ce qui provoque un appauvrissement de la biodiversité.

- Chaque année, une région de forêt tropicale est détruite et brûlée. Des millions de personnes dépendent de l'eau provenant de ces forêts. En Amazonie les pluies torrentielles ruissellent à travers les vallées sans arbres, érodant le sol et emportant la terre. La terre nue, cuite par le soleil tropical, devient inutilisable pour l'agriculture. On estime que cette destruction cause l'extinction d'au moins une espèce d'animal, plante ou insecte toutes les cinq heures.

Mcdonald's dit utiliser du papier recyclé : seul un faible pourcentage l'est.  Alors qu'il leur faut 1300 kilomètres carrés de forêt rien que pour leur fournir du papier pendant un an.

McDonald's prétend sur son site internet agir activement pour limiter son impact sur l'environnement ; pourtant il ne recycle pas ses déchets! Un hamburger est automatiquement jeté à la poubelle s'il n'est pas vendu dans les 5 minutes qui suivent sa préparation.

                             

 

    Ensuite, Mcdonald's ne s'ancre pas tout à fait dans la société Française, car les conditions des employés sont à revoirs, ainsi que les façons sournoises des contrats. Un contrat Mcdonald's implique bien souvent beaucoup d'énèrgie et de courage. Les Français qui connaissent ces conditions et ceux qui y travaillent ne font donc pas parti des Français qui adoptent Mcdonald's et son mode de fonctionnement. Nous pouvons par exemple connaître les conditions sociales et physiques des employés en partant d'un fait divers, un cas particulier à une tendance générale. Ce raisonnement inductif nous mène donc à visionner cette vidéo qui est une vidéo d'employés chez Mcdonald's qui manifestent et expliquent leur cas qui est alarmant  (Vous pouvez accéder directement à cette vidéo en cliquant sur le lien ci-dessous, lorsque la vidéo est terminée cliquez sur précèdent ou quittez la nouvelle page web ouverte.) :

http://www.dailymotion.com/swf/video/x5v4as?width=480&theme=none&foreground=%23F7FFFD&highlight=%23FFC300&background=%23171D1B&start=&animatedTitle=&iframe=0&additionalInfos=0&autoPlay=0&hideInfos=0"></param><param   

De plus, Mcdonald's propose principalement des emplois à mis-temps, ce qui lui permet de diminuer ses coûts et de se donner une bonne image en proposant  des emplois pour les jeunes et les étudiants. Mcdonald's ne propose que des CDI, c'est à dire des contrats à durée indeterminée, ce qui est normalement bien vu et enviable d'obtenir. Ces contrats sont en plus des contrats aménageables. On pourrait donc pensait que les employés restent plusieurs années, or il n'en est rien, les employés partent environ en moyenne au bout de 3 mois. Mcdonald's prétend donner des emplois à ceux qui sont dans le besoin, il se considère comme sauveur mais il est plutôt destructeur. Le travail de l'équipier est de réaliser à lui seul le travail d'une dizaine de serveurs dans un restaurant classique. Mcdonald's emploie surtout les gens sans expérience du travail et les jeunes (dont des mineurs). Ils sont en effet plus fragiles et plus facile à "manipuler". Plusieurs postes sont proposés :      

                             - L'équipier ( il est dans les cuisine.)

                             -  Le formateur ( il lui suffira d'un stage de 2 jours pour former les équipiers, il a dû être équipier auparavant.)

                             - Le responsable opérationnel ( il assiste le manager et s'assure de la fluidité du travail et du respect des normes.)

                             - Le manager ( s'occupe de la gestion des employés et de la nourriture. Il s'occupe également des formations.)

                             - Le directeur adjoint ( gère le restaurant en binome avec le directeur.)

                             - Le directeur du restaurant ( gère le restaurant, tout le personnel, gère le bon fonctionnement et la rentabilité, il est responsable de faire évoluer les gens. Il gère donc l'équipe et le budget.)

L'équipier réalise toujours les mêmes tâches, à répétitions. Il est à la disposition de son chef et peut donc à tout moment quitter son poste pour s'adapter à un autre. L'équipier doit être vêtu d'un uniforme pour donner l'impression d'une grande famille Mcdonald's et d'une cohésion parfaite, mais l'équipier n'a le droit à aucun objet personnel sur lui. Le système est standardisé et déshumanisé, les machines contrôlent tout ( le temps de cuisson, la quantité etc...). L'équipier ne peux donc rien créer rien enrichir avec son savoir faire, il ne peut que faire tout le temps la même chose. De plus, Mcdonald's se sert de ses équipiers comme des machines, il leurs demande toujours un rythme plus intense et toujours soutenu. Mcdonald's ne tient pas compte du bien être de ses employés. Les paroles de Ray Kroc nous prouve le fondemement même du principe capitaliste excessif de Mcdonald's : " si tu as le temps de faire une pause, tu as le temps de nettoyer."

 

 

                                                          Etre embauché au Mcdonald's si l'on est mineur :

- Des 16 ans , il est possible de travailler au Mcdonald's sauf que chaque ville ou département fonctionne différement. 

 
                                                           La legislation et le travail des mineurs :

 - Avant 18 ans, la législation interdit toute manipulation avec de l'argent, donc à 16 ans, on travaille en cuisine, mais pas en caisse.
- A moins de 18 ans, le travail de nuit (entre 22 heures et 6 heures du matin) est interdit.
       

      

                                                           Question salaire :

 A moins de 17 ans, le salaire doit être au moins équivalent à 80 % du salaire minimum légal (le SMIC, ou salaire minimum interprofessionnel de croissance). Celui-ci s'élève actuellement (depuis le 1er janvier 2011) à 9 euros de l'heure, soit 1 365 euros brut par mois. De 17 à 18 ans, le salaire doit représenter au moins 90 % du SMIC. 

  

Pour finir, de nombreux témoignages prouvent que dans beaucoup de Mcdonald's les conditions de travail sont difficiles et souvent ils subissent un harcèlement moral et des licenciements abusifs. Certain parle même  "d'exploitation". Mcdonald's demande aux travailleurs, au bout d'une semaine après leur arrivée d'assurer un service irréprochable. Ils sont mis en concurrence avec les autres travailleurs et on les compare toujours avec les autres employés, le travail fourni n'est jamais assez bien. Les équipiers Mcdonald's n'ont pas le droit à  la fatigue, ils se doivent d'être toujours opérationnels à 100%. Si les employés ont  le malheur de prendre une initiative on leur reproche. Par exemple des employés ont fait grève au Mcdonald's Saint-denis pour contester contre leurs conditions de travail, qui sont déstructrices moralement. En effet, les employés se plaignent d’agressions verbales et d’attitudes menaçantes de la part de leur gérant. Le gérant a voulu, dès son arrivée, écarter toute possibilité d’actions syndicales susceptibles d’améliorer les conditions de travail des salariés. Ainsi, dès le 13 septembre, un délégué syndical du nom d’Armand Gandji a fait l’objet d’une tentative de licenciement. Armand Gandji était accusé de manœuvres d’encaissement douteuses. Or, le gérant ne disposait d’aucun élément l’impliquant de quelque manière que ce soit dans les délits constatés. Suite à une ève spontanée déclenchée par l’ensemble du personnel, la procédure à l’encontre du délégué a été annulée.

"on est pas des steacks hachés !"

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×